Linyanti – Savuti Camp

3 mars : en route pour le Botswana en voiture. Nous passons la frontière à kazungula, une petite ville à la confluence du Zambèze et de la rivière Chobe qui a la particularité de faire frontière avec 4 pays : le Zimbabwe, la Zambie, la Namibie et le Botswana. Nous rejoignons l’aéroport de Kasane pour prendre un Cessna 208B Grand Caravan (capacité : 12 personnes) de la compagnie Wilderness Air à destination de Chobe Airstrip. Premier survol et safari aérien : éléphants, girafes et même une très rare antilope sable. Les sensations sont très sympas et l’atterrissage très doux, étonnant sur une piste en terre.

Le protocole de sécurité sur les airstrips est précis : il n’y a pas de tour de contrôle et ce sont les guides qui communiquent avec les pilotes. Il faut arriver 15′ avant l’arrivée de l’avion, remonter toute la piste en avion pour faire fuir d’éventuels animaux puis confirmer au pilote. L’avion atterrit, se gare sans couper le moteur, les guides amènent un escalier et ouvrent la porte aux passagers qui descendent, sortent les bagages. Les passagers partants montent, les guides chargent les bagages… et l’avion redécolle. Tout cela prend une dizaine de minutes.

Après 15′ de safari-transfert pendant lesquelles nous voyons la très rare antilope rouanne, nous arrivons au Savuti Camp, situé le long du Savuti Channel.

Savuti Camp est un camp luxueux de seulement 7 tentes, à la décoration traditionnelle, loin de tout et comme hors du temps.

Notre chambre familiale se compose de 2 grandes tentes reliées par un sas, avec vue sur la rivière. Des livres et magazines sur la faune africaine nous mettent dans l’ambiance.

Savuti Camp

Cliquer sur l’image pour voir le plan du lodge.

Plan du Savuti camp

Le Savuti Camp (comme les 2 autres de notre séjour) fait partie d’une organisation de tourisme équitable, Wilderness Safaris, qui finance par son activité commerciale des actions de conservation de la faune, d’éducation au bénéfices d’enfants défavorisés, le tout dans un esprit de développement durable.

Notre premier « afternoon drive » nous permet de découvrir le bush autour du camp, nous voyons essentiellement des oiseaux, toutes les variétés de calaos notamment. Le repas du soir est convivial, nous faisons la connaissance d’un couple d’anglais. Le staff chante pour nous appeler à table et nous invite à danser. Les chants et les danses font partie de la culture de ce pays, les moments heureux sont célébrés en chantant.

Publicités