Kandolhu, le récif aux tortues

Nous revenons d’une semaine au soleil. Avant d’entrer dans l’hiver lorrain, notre choix s’est porté une fois encore sur une île des Maldives, dans l’océan indien. Kandolhudhoo est un confetti posé dans le nord de l’atoll de Ari, à 20 minutes d’hydravion de l’aéroport international de Malé. Le resort se nomme Kandolhu et accueille seulement 60 clients dans le plus grand confort, avec 4 restaurants à la carte dirigés par le chef français Mickaël Farina. L’hôtel fait partie des Small Luxury Hotels of the World.

 

Nous avons choisi une beach pool villa, située sur la côte est de l’île (la villa 102 précisément).

plan

Ce choix a été judicieux par rapport au temps instable de cette saison : il pleut tous les jours et le vent souffle parfois violemment depuis l’ouest. Et puis se plonger dans l’eau chaude à la sortie du snorkeling est un vrai plaisir !

pool

A moins de 50 mètres de la jolie plage, entre la jetée d’arrivée et la jetée de service, se trouve le récif qui nous a attiré ici. Il est toujours foisonnant de vie marine, mais il a souffert à la fois du blanchiment du corail et de l’attaque des étoiles de mer Acanthaster. Les moniteurs de plongée se sont battus contre ces étoiles mangeuses de corail, en prélevant des milliers ! Les scientifiques n’expliquent pas les invasions localisées qui se produisent dans toute la zone indo-pacifique.

unadjustednonraw_thumb_9bea
Malheureusement, il n’y a rien à faire au niveau local pour lutter contre la hausse de la température de l’eau. C’est une conséquence visible du réchauffement climatique global : pendant plus d’un an, la température est montée à 30° (au lieu des 27/28° habituels). Les algues qui vivent en symbiose avec les coraux et leur donnent leurs couleurs ont été expulsées. A Kandolhu, le récif s’est littéralement effondré !

Malgré cela, le snorkeling à Kandolhu reste exceptionnel : les poissons de récif sont nombreux, en particulier les mignons poissons-clowns. On croise dans le lagon des bébés requins à pointes noires et un requin nourrice. Sur le récif, ce sont des requins à pointes blanches ou noires mais aussi de jeunes requins citron. Les poissons pélagiques, carangues énormes et gros mérous, patrouillent en bordure du récif. Mais la grande richesse de Kandolhu, ce sont ces tortues imbriquées si nombreuses : des juvéniles aux plus grosses, toutes sont peu farouches et acceptent qu’on leur tire le portrait. On les croise sur le récif au moment où elles se nourrissent ou bien dans des trous, en train de se reposer. Nous n’en avons jamais vu moins de 4 et notre record est de 7 en une seule plongée sur le house-reef.

tortue1 tortue2

crush

Il existe aux Maldives un projet intéressant de recensement des tortues marines dans une base de données. Les clubs de plongée et les resorts encouragent leurs clients à participer. Le principe est simple : il s’agit de photographier les joues des tortues – les 2 côtés – de façon à les identifier. Les taches qu’elles portent sont uniques. Ensuite, on poste ses photos sur la page Facebook du projet Maldives Turtle ID, en indiquant la date, le lieu et la taille de l’animal. Le biologiste marin dispose d’un logiciel de reconnaissance qui confirme que la tortue est connue dans la base de donnée ou bien qu’elle est inconnue. Vous recevez ensuite une fiche d’identification avec le nom de la tortue, le nombre de fois où elle a été signalée, son âge, etc. Quand une nouvelle tortue apparait, il faut lui trouver un nom, sympa !

En voilà une bien calme, qui est venue respirer juste entre nous. Il est intéressant de voir ses multiples inspirations suivies d’un relâchement complet.

Voir les photos de cette semaine très marine sur ma galerie Flickr.

Publicités