Fish, fish…ID

Voilà un point commun entre les amateurs de safaris terrestres et les plongeurs ou les snorkeleurs : identifier les animaux croisés, les cocher dans son guide d’identification ou son « field guide » !
Pour ce qui est de l’identification des poissons et autres créatures marines, ce n’est pas toujours si simple car une même espèce traverse parfois plusieurs phases : juvénile, intermédiaire et mature par exemple. Certains changent de sexe et de livrée au cours de leur vie. Il y a 2 catégories de guides, ceux qui sont illustrés de photos et ceux qui sont illustrés de dessins comme les célèbres Guides du Naturaliste. Les 2 sont complémentaires pour réussir à identifier l’animal déniché dans un coin de récif à l’autre bout du monde !

Les guides d’identification sont aussi précieux lorsqu’ils décrivent les comportements particuliers, comme celui de l’anguille-serpent à taches blanches, qui vit dans les eaux claires des récifs mais aussi les zones sableuses. Elle explore ces zones peu profondes de jour à la recherche de nourriture, souvent escortées par des poissons fouisseurs opportunistes.

Nous avons découvert à Bonaire les espèces propres à la Caraïbe, dont quelques belles murènes.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Même si la zone n’est pas réputé pour le « gros », les tarpons et barracudas qui occupent le haut de la chaine alimentaire croisent le long du buddy’s reef, le plus souvent entre 20 et 25 mètres, mais aussi comme celui-ci dans 4 mètres d’eau !

42332556381_36c4d22c1c_b

 

Les paysages sous-marins sont également très spécifiques, avec beaucoup de coraux mous à faible profondeur, en particulier sur les spots de Klein Bonaire. Nous y avons déniché des crevettes et des crabes-araignées.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

On ne peut pas plonger à Bonaire sans croiser de poisson-lion. Cette espèce originaire de la zone indo-pacifique a probablement été introduite dans la Mer des Caraïbes par des aquariophiles floridiens en 1992. Cette redoutable rascasse n’a pas ici de prédateur et constitue une menace pour l’équilibre de l’écosystème car elle se nourrit de poissons juvéniles. A Bonaire, où elle est arrivée en 2009, la chasse est organisée par les autorités du parc marin. Une formation PADI est même proposée aux plongeurs – Lionfish Hunter Specialty – ainsi qu’un matériel spécifique pour éviter de se piquer sur ses épines venimeuses. Le lionfish est au menu de nombreux restaurants et roulottes (comme Cactus Blue). Le restaurant Blennies au Buddy Dive Resort vous sert votre pêche du jour et propose une délicieuse soupe « Lionfish chowder ». Quelques recettes sur un des sites de promotion de Bonaire !

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_d988

Cette semaine à Bonaire nous a permis de découvrir des spots faciles pour des plongées tranquilles et relaxantes, dans une ambiance très agréables. Nous reviendrons à Bonaire aussi pour ces moments au coucher de soleil !

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_d762

Publicités